Project Description

Comment pousse l’airelle vigne d’Ida?

CULTURE ET DONNÉES AGRONOMIQUES

Plantation

LE SOL

L’airelle vigne d’Ida préfère les sols acides et bien drainés, de type loam ou sable, avec un pH entre 4,3 et 5,5. Le taux de matière organique doit se situer entre 2 et 10%.

Planter l’airelle sur des buttons d’au moins 10 à 30 cm de hauteur, et d’environ 1 mètre de largeur. Laisser au moins 60 cm d’espacement entre les buttons.

On recommande de recouvrir le sol d’un paillis végétal: sciure de bois, copeaux, aiguilles de pin, paille, etc. Comme le paillis se décompose, il faut en remettre environ aux 5 ans.

  • Sol bien drainé

  • pH entre 4,2 et 5,5

  • Buttons de 10 à 30 cm

  • Paillis végétal

FERTILISATION

Il ne faut pas appliquer trop d’engrais aux airelles rouges, car un excès de fertilisation réduit le rendement et peut causer le dépérissement des plantes. On préconise uniquement des engrais sans chlorure, car les sels de chlorure peuvent sévèrement endommager les plants.

On conseille l’azote sous forme d’ammonium, tel que l’urée (moins acidifiant) ou le sulfate d’amonium (plus acidifiant). Les cinq premières années, appliquer 10 à 20 kg d’azote par acre, chaque année. Après la cinquième année, appliquer 20 kg d’azote par acre, annuellement.

Une application excessive d’azote va causer une croissance exagérée des feuilles et une diminution de la production de fruits.

Pour les autres éléments (potassium, phosphore, etc.), s’ajuster en fonction des caractéristiques propres à chaque sol.

IRRIGATION

L’arrosage des plants est surtout nécessaire durant la période d’établissement. Il faut s’assurer que l’eau ne contienne pas de concentrations élevées en chlorure (Cl), sodium (Na) ou calcium (Ca), car les airelles sont très sensibles aux sels. On conseille d’arroser les plants à un rythme de 1 à 2 cm d’eau par semaine. Ne pas laisser sécher complètement le sol la première année. L’application de paillis végétal peut aider à conserver l’humidité.

Une fois bien établi, le plant d’airelles résiste assez bien aux étés plus secs. A l’inverse, un surplus d’humidité au niveau des racines peut causer des maladies racinaires. Encore une fois, un bon paillis végétal et un sol bien drainé sont des éléments clés de réussite.

POLLINISATION

Les airelles rouges ont besoin d’une pollinisation croisée pour produire de beaux fruits. On conseille de planter au moins deux variétés différentes. Certains cultivars sont plus utilisés comme pollinisateurs, tel la Sussi et la Red Pearl.

Bien que tous les insectes volants contribuent à la pollinisation, nous avons observé chez nous que les bourdons sont les agents les plus efficaces en ce sens. D’où l’importance d’établir la culture dans un environnement favorisant la vie des insectes pollinisateurs (aire ouverte, haies brise-vent, boisé et pré fleuri à proximité, etc.).

PROPAGATION

Les plants d’airelles s’étalent rapidement par rhizomes lorsqu’ils ont été reproduits en micropropagation. Un plant de 3 ans commencera déjà à donner une production intéressante. Au bout de 5 ans, le plant aura facilement colonisé une surface de 30 cm de diamètre. C’est pourquoi, au moment de la plantation, la première année, on conseille de laisser environ 30 cm entre chaque plant. Espacer les plants davantage risque de rendre le contrôle des mauvaises herbes plus difficile. Les rapprocher augmente les coûts de démarrage.

  • Pollinisation par un bourdon
  • Airelles qui mûrissent
  • Koralle
  • Cueillette-au-peigne

RÉCOLTE ET RENDEMENT

La période de floraison et le rendement varient énormément selon l’espèce et l’endroit. Par exemple, aux États-Unis, une étude faite à Fall Creek, en Orégon, entre 1999 et 2003, indiquait une variation allant de 2,3 à 15 tonnes (US)/acre selon le cultivar. Des résultats différents ont été obtenus dans d’autres pays européens.

Dans notre culture, les cultivars qui ont le mieux réussi ne sont pas nécessairement ceux qui ont le mieux performé dans l’étude citée plus haut. Basé sur notre expérience, nous pouvons dire que la première floraison s’étend de la fin mai au début juin, tandis que la seconde s’étend sur le mois d’août.

La première récolte survient fin août – début septembre, et la seconde récolte va plûtôt vers la fin octobre.

Les rendements, chez nous, se rapprochent davantage de 3 à 3,5 tonnes (US)/acre (ce qui fait entre 6 et 7 000 livres/acre, ou  entre 15 et 17 000 livres/hectare), dépendant du cultivar.

La récolte se fait manuellement, avec un peigne à fruits, afin de ne pas briser les fleurs et les fruits de la récolte suivante.

Cliquez ici

Références

Voir les documents de Ross Penhallegon
Cliquez ici