Un scientifique cherche à augmenter les surfaces consacrées à l’airelle rouge

25 février 2023

Chris Siow

Image de https://www.producer.com/news/scientist-sets-out-to-increase-lingonberry-acres/ Le Dr Siow présente fièrement des airelles, dans son laboratoire de Saint-Boniface, au Manitoba.

Chris Siow, chercheur d’Agriculture Canada à Winnipeg, étudie les bienfaits de l’airelle rouge pour la santé depuis plus de dix ans. Les résultats de ses recherches montrent qu’elles améliorent les fonctions rénale et hépatique, mais le Canada a besoin de producteurs pour produire ces baies aux vertus surprenantes.

C’est notamment ce qu’on peut lire dans un article paru dans The Western Producer et que vous retrouverez dans son intégralité, en anglais, en cliquant sur ce lien.

Qui est le Dr Chris Siow?

Le Dr Siow est chercheur au Centre canadien de recherches agroalimentaires en santé et médecine de l’Hôpital Saint-Boniface, au Manitoba. Il a travaillé aux universités de Hong Kong et du Manitoba avant de se joindre à Agriculture Canada en 2009. Biochimiste, il étudie les avantages potentiels pour la santé des cultures et des produits agroalimentaires canadiens.

« La mission de mon laboratoire est d’essayer de trouver des moyens novateurs de gérer les maladies sans avoir recours à des médicaments »

– Dr Chris Siow

Des résultats suprenants

Le Dr Siow explique que lorsqu’il a procédé à l’analyse des composés présents dans les airelles pour déterminer leur teneur en antioxydants, il s’est exclamé: « Wow, c’est le taux d’antioxydants le plus élevé que j’aie jamais vu parmi toutes les baies ». Il était même plus élevé que celui des bleuets… Cela a vraiment stimulé mon intérêt ».

Les airelles ont ainsi une teneur élevée en anthocyanes, des pigments présents dans des aliments colorés comme le chou violet, le raisin et les oignons rouges. C’est dans les baies que l’on trouve les plus grandes quantités d’anthocyanines – des antioxydants naturels – qui peuvent prévenir les dommages cellulaires et permettre d’éviter les maladies.

Le Dr Siow a voulu savoir si les antioxydants contenus dans les airelles avaient des effets bénéfiques sur la santé humaine. Il a donc mené plusieurs études et, après des années de recherche, il a démontré ce qui suit :

Découvertes pour la santé:

  • La consommation de faibles quantités d’anthocyanines contenues dans les airelles rouges peut protéger les cellules cardiaques contre des dommages;
  • La consommation de jus d’airelle peut être utilisée pour atténuer les lésions rénales aiguës, une complication postopératoire qui a entraîné des millions de décès dans le monde;
  • La consommation d’airelles peut diminuer l’accumulation de graisses et augmenter la dégradation des graisses dans le foie chez les personnes souffrant d’obésité.

Le Dr Siow pense que les résultats de ses études sur les souris et les rats peuvent être transposés à l’homme. Environ une tasse d’airelles ou une tasse de jus d’airelle, par jour, devrait apporter des bénéfices pour la santé humaine.

Appel aux cultivateurs canadiens

Compte tenu des résultats de la recherche scientifique, il semble que les Canadiens devraient manger plus d’airelles.

Mais c’est difficile à faire, car elles sont difficiles à trouver.

« Nous avons produit tous ces articles scientifiques sur les bienfaits des airelles pour la santé, mais celles-ci ne sont pas disponibles sur le marché », explique le Dr Siow. « Chaque fois que je publie, des gens me demandent: où puis-je trouver ces airelles ? ».

Par conséquent, le Canada a besoin de personnes qui feront pousser des airelles sur leurs terres.

« Si vous la produisez, les gens l’achèteront », déclare le Dr Siow.

En conclusion

La recherche sur les bienfaits pour la santé et la culture des airelles n’est pas terminée, mais M. Siow affirme que le Canada ne peut plus attendre.

Il reçoit actuellement des demandes de renseignements d’agriculteurs établis aux États-Unis, dans le Dakota du Nord, le Minnesota et l’Oregon, qui souhaitent cultiver des airelles.

« Si nous ne nous mettons pas en marche pour cultiver cela, nous perdrons cette opportunité », conclut-il.