Que se passe-t-il avec les airelles en 2021?…

15 août 2021

Nous voici déjà rendus à la mi-août et pourtant, nous ne vous avons donné pratiquement aucune nouvelle depuis l’hiver dernier. « Mais que se passe-t-il donc? » vous êtes-vous peut-être demandé? Eh bien voici une mise à jour qui devrait apporter quelques éclaircissements…

Bon départ

Au début d’avril, la température particulièrement clémente a fait fondre la neige plus rapidement, si bien que la nature s’est réveillée près de trois semaines plus tôt qu’à l’habitude. Nous avons constaté avec satisfaction que les souris et le gel avaient fait très peu de dommages durant l’hiver. À la mi-mai, les bourgeons fruitiers avaient déjà atteint un stade de débourrement avancé et l’abondance de boutons laissait entrevoir une excellente récolte.

  • 13 mai 2021 - Bourgeons d'airelle rouge
  • 13 mai 2021 - Bourgeons d'airelle rouge
  • 2021-05-27 - Fleurs d'Erntekrone
  • 2021-05-27 - Fleurs de Magenta
  • 2021-05-27 - Fleurs de Magenta

Gels historiques

Malheureusement, durant la dernière semaine du mois de mai, des nuits très froides, avec des mercures atteignant parfois -4, voire -5 degrés Celsius, ont entraîné la perte de la totalité de la première récolte, malgré les toiles déployées pour contrer le gel. Ce froid historique a lourdement hypothéqué plus d’une culture fruitière au Québec cette année…

Fleurs d'airelles détruites par le gel

Phytoplasme…

Mais le pire était encore à venir. Quelques plants à l’aspect douteux (chlorose à la marge des feuilles, entrenoeuds courts, nanisme et carence) ont attiré notre attention et piqué notre curiosité. Nous avons donc envoyé des échantillons et demandé une analyse au laboratoire phytosanitaire du MAPAQ, à Québec. Le résultat est revenu, sans appel : présence du phytoplasme du flétrissement du bleuet.

  • 2021-05-20 - Phytoplasme du flétrissement du bleuet
  • 2021-05-20 - Phytoplasme du flétrissement du bleuet
  • 2021-05-20 - Phytoplasme du flétrissement du bleuet

QU’EST-CE QU’UN PHYTOPLASME?

Les phytoplasmes sont des bactéries sans paroi qui se multiplient dans le phloème (tissus conducteurs de la sève) de certains végétaux. Ils sont à l’origine de nombreuses maladies et sont transmis par des insectes vecteurs, le plus souvent la cicadelle. L’infestation est systémique, c’est-à-dire que le plant entier est contaminé, de la pointe des feuilles jusqu’aux racines. La maladie est très contagieuse, incurable et le plus souvent mortelle. De plus, le phytoplasme peut se cacher pendant plusieurs années dans un plant d’apparence tout à fait saine mais contagieux, rendant ainsi son éradication compliquée.

Mesures draconiennes

La seule façon de lutter contre le phytoplasme est d’arracher complètement les plants atteints et de les détruire. Dans les sections en implantation, il est encore possible de retirer un plant à la fois, mais dans les sections où les plants sont âgés de plusieurs années, l’airelle a bien colonisé le sol avec ses rhizomes et son réseau racinaire forme maintenant un tapis dense et inextricable, si bien qu’il est impensable d’identifier les plants atteints et de les retirer un à la fois. Il a donc fallu se décider à occulter complètement la planche la plus touchée et à arracher plusieurs sections dans les autres planches.

  • 2021-06-04 Occultation de la planche 2
  • 2021-06-04 Réseau racinaire
  • 2021-06-04 Réseau racinaire
  • 2021-06-04 Arrachage
  • 2021-06-04 Plants malades retirés

La pépinière …

Bien qu’aucune des nombreuses analyses réalisées par le Laboratoire phytosanitaire n’ait relevé la moindre trace de phytoplasmes dans les plants de la pépinière, nous avons immédiatement cessé de les offrir à la vente et avons planté ces milliers de plants dans notre champ. Les nouveaux plants sont déjà en phase de multiplication in vitro et bénéficieront d’un système de traçabilité amélioré, allant de la micropropagation jusqu’à la mise en marché. L’an prochain, la pépinière sera complètement recouverte d’un filet d’exclusion contre les insectes, installé à même une structure métallique permanente, laquelle favorisera aussi le déploiement d’un système d’irrigation plus performant. Nous pourrons ainsi poursuivre notre mission de produire et d’offrir des plants de qualité pour favoriser le développement de la culture de l’airelle au Québec.

  • 2021-06-29 Plantation
  • 2021-06-29 Plantation
  • 2021-07-16 Installation structure permanente à la pépinière
  • 2021-07-16 Installation structure permanente à la pépinière

Et les champs? …

Bien que l’évolution de la situation au champ demeure incertaine, nous continuons nos activités avec confiance tout en redoublant de vigilance. Les phytoplasmes sont une réalité mal connue et peu documentée. Ils représentent un défi de plus en plus important dans le contexte des bouleversements climatiques actuels. C’est pourquoi un projet d’étude, d’une durée d’un an, a été mis en place en collaboration avec des chercheurs de l’Université Laval, des spécialistes du MAPAQ et des intervenants du milieu privé. Ce projet devrait nous aider à comprendre un peu mieux certaines spécificités relatives aux phytoplasmes présents dans l’airelle au Québec.

  • 2021-08-06 Phytoplasme dans les airelles
  • 2021-08-06 Pièges jaunes collants pour projet de recherche
  • 2021-08-06 Échantillon pour analyse phytosanitaire.
  • 2021-08-06 Plant d'airelle et ses rhizomes atteints par le phytoplasme

La prochaine récolte

Si nous nous fions à la belle deuxième floraison qui bat son plein présentement, il est permis d’espérer une belle récolte vers la fin du mois d’octobre. On voit déjà apparaître les petits fruits verts à certains endroits. Voici, en guise de conclusion, quelques photos prises le 10 août dernier:

  • 2021-08-10 Deuxième floraison
  • 2021-08-10 Début fruits verts
  • 2021-08-10 Deuxième floraison