Un agrandissement important

Du 30 mai au 24 juin 2019

Mise en terre des plants d'airelles

Ça y est, le moment est venu! Le moment que nous attendions depuis deux ans. Le moment de mettre en terre les plants que nous avons préparés, d’abord en in-vitro, puis à l’enracinement et ensuite à l’acclimatation (voyez ici comment on fait ça…). Le sol des trois nouvelles planches a été labouré, puis hersé et mis en engrais vert durant les deux dernières années. Il est maintenant prêt à recevoir ses nouveaux occupants…

Première étape: faire les billons

La première étape consiste à façonner les billons. Pour ce faire, le P. Éric a fabriqué une billonneuse à disques qu’il a installée sur notre bon vieux traceur Case. Après quelques essais et ajustements, le résultat est concluant et c’est le temps d’aller aux champs. Avec quelques semaines de retard bien sûr, car le printemps a été particulièrement pluvieux cette année et la terre est restée longtemps détrempée et froide. Voici le résultat:

  • Billonneuse
  • Billonneuse
  • Billonneuse
  • Billonneuse
  • Billons

Deuxième étape: épandre l’engrais et la tourbe de mousse de sphaigne

En deuxième lieu, il faut ajouter un peu d’engrais, très peu: de l’azote, du phosphore et du potassium, tous de source naturelle. Ensuite, on dispose les sacs de tourbe le long des allées et on appelle les confrères pour une journée « épandage de tourbe »! Le but d’épandre la tourbe de cette façon est d’en mettre seulement là où c’est nécessaire à la culture, soit sur le billon. La tourbe aide à alléger le sol, à préserver une bonne humidité et contribue à abaisser le pH du sol. Une fois répartie uniformément, on passe le rotoculteur pour mélanger le tout et ça nous donne de beaux billons avec un beau plat sur le dessus.

AVANTAGES DE LA TOURBE DE MOUSSE DE SPHAIGNE:

  • la capacité de rétention en eau des sols légers

  • le niveau d’infiltration en eau des sols lourds

  • l’effet tampon du sol (pH plus stable)

  • la rétention des éléments minéraux

  • l’activité microbienne du sol

  • l’aération des sols lourds

  • le besoin d’arroser

  • la compaction du sol et favorise l’établissement des racines

  • Épandage de la mousse de tourbe
  • Épandage de la mousse de tourbe
  • Épandage de la mousse de tourbe
  • Épandage de la mousse de tourbe
  • Passage du rotoculteur
  • Résultat rotoculteur

Troisième étape: installer les tapis de sol

Plutôt que de mettre des copeaux de bois dans les allées (entre les billons) comme nous l’avons toujours fait jusqu’à maintenant, nous avons opté cette fois-ci pour du tapis de sol géotextile tissé. Le paillis de copeaux a tendance à se décomposer avec le temps, ce qui le rend moins efficace dans les allées et nous oblige à en remettre tous les quatre ou cinq ans. Du coup, le précieux dénivelé entre le billon et l’allée (qui doit favoriser le drainage) peut diminuer à la longue. Le tapis de sol a aussi l’avantage, à cause de sa couleur noire, d’absorber davantage la chaleur et ainsi de réchauffer un peu le champ.

AVANTAGES DU TAPIS DE SOL GÉOTEXTILE TISSÉ:

  • Favorise le contrôle des mauvaises herbes

  • Réchauffe le champ par sa couleur noire

  • Évite la colonisation des allées par les rhizomes d’airelles

  • Maintient le niveau des allées plus bas par rapport aux billons et favorise ainsi le drainage

  • Pose des tapis de sol
  • Pose des tapis de sol
  • Pose des tapis de sol

Quatrième étape: recouvrir les billons de papier journal et de copeaux

Quoi? Du papier journal!? Eh oui! Bien connue en culture maraîchère, l’application de papier journal permet de contenir, pour un certain temps, l’apparition des mauvaises herbes. Pendant des mois, nous avons donc demandé à nos amis de conserver tous leurs vieux journaux. M. Yvan Poulin, directeur d’usine de l’imprimerie Transcontinental, à Beauceville, nous a également donné un bon coup de main en nous cédant quelques fins de rouleaux de papier à presse.

Le paillis de copeaux de bois, quant à lui, demeure le matériau de choix pour recouvrir les billons. Son utilité est triple: protéger contre les mauvaises herbes, conserver une bonne humidité et fournir de la matière organique avec le temps par le procédé de décomposition. Nous arrivons à produire une partie de la quantité nécessaire en déchiquetant les branches des arbres abattus pour le bois de chauffage ou les arbustes coupés lors du nettoyage des fossés. Par contre, la majeure partie du copeau provient de l’écocentre municipal où nous sommes allés en récupérer tous les samedis matin depuis deux ans.

AVANTAGES DU PAILLIS DE COPEAUX DE BOIS:

  • Favorise le contrôle des mauvaises herbes

  • Maintient une bonne humidité tout en favorisant le drainage

  • Fournit de la matière organique avec le temps par décomposition

  • Favorise l’activité microbienne

  • Épandage des copeaux
  • Épandage des copeaux
  • Épandage des copeaux
  • Épandage des copeaux
  • Grapin à copeaux
  • Application du papier journal