Visite au Centre de recherche de l’Hôpital
Saint-Boniface, Manitoba

15 mars 2019

Dr Chris Siow dans son laboratoire

En ce vendredi 15 mars 2019, je suis au Manitoba. La journée s’annonce superbe! Non seulement le soleil est de la partie, mais parce que M. Darren Ramlal vient gentiment me prendre pour me conduire à un lieu important pour l’étude de l’airelle rouge: le Centre de recherche de l’Hôpital Saint-Boniface du Manitoba qui héberge le Centre canadien de recherches agroalimentaires en santé et médecine.

Laboratoire du Dr Siow

Le Dr Chris Siow, qui a fait de nombreuses recherches sur l’airelle rouge indigène du nord du Manitoba, nous accueille tous les deux pour une visite du complexe et tout particulièrement de son laboratoire où, avec ses collaborateurs, il a fait des découvertes très encourageantes sur les bienfaits de l’airelle rouge pour la santé humaine. J’y rencontre également son assistante Mme Suvira Prashar qui l’aide dans ses recherches.

Présentation des travaux du Dr Siow

Dr Siow et Darren travaillent pour Agriculture et Agroalimentaire Canada:

Dr Siow est chercheur scientifique et il m’explique que son but est avant tout de développer des stratégies innovantes pour le maintien de la santé et la gestion des maladies par des produits agroalimentaires innovants tels que l’airelle rouge.

Darren Ramlal, de son côté, travaille en tant que gestionnaire du développement des affaires et s’occupe aussi de la propriété intellectuelle et de la commercialisation. C’est lui qui voit, entre autres, à optimiser les retombées économiques pouvant découler des recherches scientifiques.

A titre d'exemple

Dr Siow m’explique que si, par une alimentation avec des produits à valeur ajoutée tels que l’airelle rouge, on arrivait à retrancher ne serait-ce que 1% des coûts reliés aux maladies rénales dans le système de santé manitobain, on pourrait réaliser une économie annuelle de plus de 23 millions de dollars!

Pendant la discussion, le Dr Grant Pierce, directeur exécutif de l’établissement, est venu nous saluer. Son enthousiasme communicatif a été à l’image de toutes les rencontres de cette journée.

Nous en sommes ressortis plus convaincus que jamais que l’airelle rouge doit un jour être reconnue comme une richesse alimentaire naturelle au Canada et ainsi devenir de plus en plus accessible  aux habitants de ce grand pays !